Tempête Xynthia : LA rencontre avec Renate et Bernd c'est demain !

Publié le par mavillesolidaire

IMGP6139Presque quatre mois après la tempête Xynthia, nous allons rencontrer demain, mercredi 23 juin 2010 Renate et Bernd des sinistrés âgés de 72 et 73 ans.

 

FacebookLes groupes ont fleuri sur le réseau social Facebook. Tout le monde voulait aider, permettre à chacun de s’exprimer et faire part de leur compassion.

 

Un formidable élan de solidarité a vu le jour en quelques clics. Comme tout le monde, nous nous sommes interrogés pour savoir quoi faire. Nous sommes toujours passifs devant notre télé lorsqu'il y a des drames humains en France ou à l'autre bout du monde, mais là, ce drame était à côté de chez nous, dans notre département. Nous avons donc décidé de créer un groupe sur le réseau social en nous disant que si cela pouvait 'aider ne serait-ce qu'une personne cela serait bien.

 

Le groupe a été créé le 1er mars 2010 et, à peine une semaine après, il comptait plus de 1000 membres.

 

L’appel de Corinna

Corinna habite l’Afrique du Sud. Elle s'était inscrite sur tous les groupes portant le nom « Xynthia » afin d’essayer d’avoir des nouvelles de son oncle et sa tante, d'origine allemande, habitants la Faute-sur-Mer, dont elle était sans nouvelle. Nous avons pu rassurer Corinna en lui indiquant, après avoir téléphoné à la préfecture de Vendée, que son oncle et sa tante ne faisaient pas partie des victimes. Ce qui a assuré tout le monde y compris une partie de sa famille qui vit en Allemagne et avec qui nous avons eu plusieurs échanges par courriel et téléphone.

 

Renate et Bernd étaient vivants, ils avaient été hébergés en urgence à Longeville-sur-Mer (dont nous remercions monsieur le directeur de cabinet du Maire ainsi que la police municipale pour leur aide) pour l’un et la Faute-sur-Mer pour l'autre. La suite ? Nous vous la raconterons après notre première rencontre avec Renate et Bernd demain.

 

Nous n'avons pas souhaité les rencontrer plus tôt, car il ne nous semblait pas nécessaire d'y aller avant. Chaque chose en son temps. Il y avait tant à faire sur place où nous avons pu voir le dévouement extraordinaire des associations caritatives, la mobilisation de beaucoup de collectivités vendéennes, mais également de particuliers qui ont fait le maximum pour aider les victimes de ce drame.

 

La solidarité

Nous sommes allés deux fois à l'Aiguillon et la Faute-sur-Mer depuis la catastrophe. La première fois, c’était avec « Kiki » (Christine Tricoire) Nous avons pu organiser le mercredi 3 mars avec le soutien de la Ville de la Roche-sur-Yon, de Kikbox et d'entreprises et de particuliers trois camions remplis de matériel.

La seconde fois, c'était le 8 mars, nous sommes allés apporter à manger chez les sinistrés avec les restos du cœur de la Roche-sur-Yon. Les comptes rendus que nous avons pu faire sur le blog ont été volontairement succincts car la chape de plomb était trop forte, incommensurable, innommable, indescriptible !

 

Ma ville solidaire, c'est d'abord un site Internet, un blog, une présence sur les résea2masque.gifux sociaux Twitter et Facebook mais avant tout, des hommes et des femmes yonnais, qui habitent dans les quartiers dits « populaires » ou pas et qui souhaitent apporter leur regard et agir, quand cela est possible, sur notre ville, la Roche-sur-Yon, que nous aimons, et tout cela sérieusement et bénévolement à l’écart des partis ou sollicitations politiques comme cela à été le cas.

 

Après 11 mois d'existence, nous avions prévu de communiquer les chiffres de fréquentation du site, du blog mais, avec la tempête Xynthia notamment, la fréquentation du site a explosé. Nous avons donc décidé de ne pas communiquer ces  chiffres car il serait indécent de le faire par respect envers tous ceux qui ont souffert et souffrent toujours des conséquences de cette catastrophe.

 

Le témoignage de Renate et Bernd sera publié en fin de semaine au plus tard.

Publié dans Tempête Xynthia