Ma ville solidaire, qui es-tu ?

Publié le par Le blog de ma ville solidaire - La Roche-sur-Yon

Nous sommes en effet beaucoup sollicités par des particuliers, des associations qui pour certains veulent donner un coup de main, pour d'autres sont dans une détresse profonde, quand d'autres souhaitent tout simplement promouvoir leurs activités ou témoigner.

 

Cet article est rédigé pour répondre aux questions que vous nous avez posées durant l'année 2011.

 ma ville solidaire 3 ans après-copie-1

Qui est « ma ville solidaire » ?

Nous sommes des Yonnais dont le nombre varie selon la disponibilité des uns et des autres : actuellement trois, voire quatre personnes.


Comme vous avez pu vous en rendre compte, aucun article n’est signé, et les photos sont elles, (protégées par copyright, c'est toujours bon à rappeler) signées « mavillesolidaire.fr ».

 

Lors de nos différentes rencontres, nous remettons à chacun de nos interlocuteurs une carte de visite comprenant les informations nécessaires.

 

Vous pouvez nous contacter par téléphone (au SMS) au 06.51.47.09..22.


Comment faire partie de ma ville solidaire ?

Tout simplement en envoyant un courriel ou en remplissant le formulaire.

 

Quelles sont les conditions ? Habiter la Roche-sur-Yon ou l'agglomération, aimer la photo, les gens, être réactif. Les arrière-pensées commerciales ou politiciennes ne sont pas les bienvenues.

 

Quelle est la ligne rédactionnelle de ma ville solidaire ?

Elle est soucieuse de tout ce qui touche aux handicaps et à la détresse humaine.

Nous nous sentons également concernés par toutes les actions permettant d’informer mais également de mettre en valeur les nombreux savoir-faire présents dans notre ville.

 

Nos publications

Nous essayons d'être justes, objectifs. Parfois nous prenons position sur des sujets dans lesquels nous sommes acteurs ; par exemple la Tempête Xynthia, le comité de suivi de la place Napoléon… Nous le savons, nous attisons les convoitises. Nous ne sommes pas parfaits certes, mais nous essayons de faire un travail sérieux.

 

Coté rédactionnel, notre vigilance s'est accrue et va continuer dans ce sens, ce qui ne nous empêchera pas de faire quelques coquilles. Il faut dire que la vigilance de nos lecteurs nous permet de rattraper certains impers, nous les en remercions.

 

Nous avons subi des pressions et nous en subirons surement encore. 2011 a été l'année révélatrice des gênes qu'occasionnait la publication de tel ou tel article d'actualité jugé un peu chaud par un certain type de lecteurs critiques.

 

L'occasion nous est donnée ici de clarifier quelques points. Pour nous aussi, le « off » existe mais lorsqu'il s'agit de coups de fil que nous avons reçus, des recommandations « trop amicales » même, à propos des sujets sensibles qui eussent pu déranger ou froisser la susceptibilité de certaines personnes. Sachez que dorénavant tous les appels téléphoniques de ce genre seront enregistrés et potentiellement publiables (les personnes concernées se reconnaîtront sans problème).

 

Les commentaires

Sur le blog :

Les commentaires que nous publions sur le blog sont volontairement très rares. La tribune offerte par nos publications permet à chacun de pouvoir s'exprimer comme il l'entend à l'occasion de nos différentes rencontres. Pour les amateurs de statistiques, nous aurons l'occasion d'y revenir un peu plus bas.

 

Sur Facebook :

Les commentaires sont libres. Volontairement, nous n'avons pas bloqué la possibilité offerte à « nos amis » de réagir à telle ou telle publication à partir du moment où ceux-ci sont respectueux d'autrui et n’ont pas de caractère diffamatoire. On peut être contre un sujet, une prise de position, et exprimer son opinion en respectant l'interlocuteur. C'est la base de tout échange démocratique. Nous avons eu l'occasion à quelques reprises de supprimer des commentaires qui ne respectaient pas ces fondamentaux et nous continuerons à le faire. Nous resterons très vigilants pendant la période électorale qui est devant nous (présidentielle et législative).

 

Ma ville solidaire et la politique

Au sein de notre groupe, chacun à tout à tout fait le droit d’avoir ses opinions. Nous n’abordons jamais cet aspect de chacun(e). Ce qui nous rassemble est notre ville vue par des Yonnais avec les moyens d’investigations qui sont à notre disposition. Les responsabilités associatives passées ou présentes de certains facilitent la collecte d’informations.

 

Un mot concernant la municipalité de la Roche-sur-Yon. Nous sommes amenés à participer à des rencontres dans lesquelles nous croisons des élus. Nous avons pu rencontrer Pierre Regnault mais vous avez pu vous rendre compte que ces moments rares et lorsqu'ils existent, nous sommes toujours demandeurs.

 

Nous ne sommes pas sollicités par la municipalité (heureusement) pour faire l'éloge de telle ou telle action menée.

Nous sommes indépendants et le resterons !

 

Solidaire toi-même ?

Nous n'avons aucun rapport avec les mouvements politiques, syndicaux ou associatifs dont l'intitulé est totalement ou partiellement « solidaire ».

 

Annoncer sa manifestation sur le site ? Possible ? Pas possible ?

Nous sommes beaucoup sollicités. L’annonce de manifestations nous prendrait beaucoup de temps et nous voulons privilégier les activités réalisées sur le terrain.

Toutefois, il est possible d'annoncer sa manifestation qui sera publiée sur le site (et non sur le blog) via notre compte Twitter Agenda. Vous disposez de 140 caractères (lien raccourci compris) , c'est-à-dire qu'il faut être concis. Une autre possibilité pour les événements culturels est la publication sur le blog dans la rubrique « la Roche-sur-Yon agenda ». Pour cela, nous contacter par courriel.

 

Ma ville solidaire en chiffres

Créé en juillet 2009, le site comptait quelques dizaines de pages lues. Aujourd'hui, les choses sont bien différentes.

 

En 2011, ma ville solidaire c'était … un site qui est une base de données recensant des adresses utiles et des informations pratiques concernant les associations, la recherche d'emplois, la santé.

 

Nous sommes aussi présents sur le Web grâce au blog, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter), sur lePost.fr et bien d’autres réseaux.

 

Il y a ceux qui arrivent directement sur les articles publiés grâce à l'inscription à la lettre d'information du blog et les réseaux et les moteurs de recherche. Nous ne faisons pas quotidiennement la somme de chacune des provenances des visiteurs cela serait trop long, mais nous sommes effectivement attentifs à l'évolution de nos publications.

 

Pour répondre aux curieux, sachez que le nombre de visites mensuelles toutes confondues a été en moyenne en 2011 de 28 000 ce qui représente presque 9 000 visiteurs uniques.

 

Souvent interpellés par les « j'aime » du réseau social Facebook, sachez que le nombre de clics ne correspond en rien au nombre de visiteurs constatés.

 

Quel est l'avenir de ma ville solidaire ?

Rester les mêmes en gardant cet esprit de proximité, parfois artisanal, amateurs assumés et sérieux.

 

Merci de votre fidélité.

Publié dans ma ville solidaire