La Roche-sur-Yon : Le «ras-le-bus» des usagers de la ligne 4.

Publié le par mavillesolidaire

A peine un mois après la mise en place du nouveau réseau de transport urbain à la Roche-sur-Yon, le malaise est bien réel pour certains usagers. Une pétition a été adressée, ce jour, au maire concernant les difficultés des usagers de la ligne 4.

 P1000609

C’est Jacqueline qui est à l’origine de cette démarche. Elle prend le bus depuis 1977, elle habite le quartier de la liberté. Depuis la mise en place le 23 août dernier le réseau Impulsyon, Jacqueline ne décolère pas. « Un soir à 18 h15 j'étais place Napoléon, j'ai loupé la ligne 4. Je me suis dit, je vais prendre le bus suivant qui était à 19 h09 soit ¾ d’heure d'attente. Entre-temps, il est passé deux bus de la ligne 5. On se demande pourquoi ? Cette ligne est importante elle va de la Généraudière aux Robretières en passant par le quartier de la Liberté et de l'Enrilise. Il y a trop d'attente entre les arrêts. Avant on attendait 10 ou 15 minutes mais maintenant on est obligé d'attendre. Avant, on avait la ligne B, on n’avait aucun souci. »

 

Jacqueline n’a pas de difficulté pour faire signer sa pétition. « J'entendais beaucoup de personnes rouspéter dans le bus je leur disais vous n'êtes pas d'accord ? J'ai une pétition dans mon sac. Elles signaient tout de suite. »

 

Le bus est aussi un lieu de rencontres et de discussions. Jacqueline a retenu un témoignage qu’il l’a marqué : « Il y a même des gens qui ont repris leur voiture. C'est le monde à l'envers ! Je connais une personne qui travaille à l'EDF, elle ne peut plus aller travailler en bus, elle reprend donc sa voiture. C'est incroyable non ? »

 

Il n’est pas bien difficile d’obtenir des témoignages d’usagers mécontents de certaines lignes du nouveau réseau. Annie, par exemple qui prend le bus (ligne un 4) depuis 15 ans pour aller travailler « depuis le nouveau réseau, je ne rentre plus manger chez moi entre midi et deux, je n’ai pas le temps. Je reste donc manger à mon travail. Avant j’avais juste le temps de rentrer chez moi déjeuner et retourner à mon travail. Maintenant, ce n’est plus le cas, je ne peux plus le faire ».

 

Jacqueline a également interpellé un élu, à l'occasion d'une réunion à ce sujet « je ne vois pas, je ne comprends pas » a-t-il dit.

 

Le collectif de yonnais formé par «ma ville solidaire» espère un jour rencontré l’un de nos élus à l’occasion de nos de nombreux voyages quotidiens dans les bus yonnais cela leur permettra peut-être de dicuter avec des usagers.

 

« La ligne 4 ? Vous savez, c’est la ligne où habite l’adjoint chargé des déplacements… » tient à nous dire une autre usagée.

 

Nous invitons les personnes mécontentes de cet article à ne pas nous appeler, cela leur économisera un coup de téléphone et puis, nous le savons. 

 

À lire sur le même sujet :

-       La Roche-sur-Yon : Impulsyon, pas facile le changement d'habitude, paroles d’usagers.