Future place Napoléon : réunion publique le 22 mai 2012.

Publié le par Le blog de ma ville solidaire - La Roche-sur-Yon

Le comité de suivi de la place Napoléon s'est réuni le lundi 14 mai. Nous n’avons pas publié de compte rendu de la réunion compte tenu de l’invitation lancée aux Yonnais demain mardi 22 mai 2012 pour une réunion publique d’information à 19h – Pôle universitaire yonnais – Campus de la Courtaisière – Amphis B et C à la Roche-sur-Yon.


Les Yonnais sont donc invités à prendre connaissance des plus récentes évolutions du projet en présence d’Alexandre Chemetoff, architecte urbaniste, et de François Delarozière, directeur artistique de la compagnie «  La Machine ».


Au programme de cette rencontre : point sur l’aménagement de la Place Napoléon, le restaurant, le projet des « Animaux de la place », l’aménagement de la rue Clémenceau et de la place de la Vendée.

 

Nous rappelons à nos (nouveaux) lecteurs, attentifs à ce sujet, qu’un membre de notre équipe siège au comité de suivi en qualité de Yonnais. Des comptes rendus des réunions sont publiés systématiquement (sauf pour la rencontre de la semaine dernière réunion publique oblige). Nous publions, dès que nous le recevons le compte rendu officiel de la Ville.

 

Au fil de nos rencontres, nous discutons du projet avec les Yonnais et des non-Yonnais et nous relayons ons vos interrogations, vos remarques à l’occasion du comité de suivi.

 

Force est de constater que les mêmes questions reviennent : « On nous parle de crise, d’économie à faire, de dette à payer. Pourquoi dépenser autant d’argent dans cette période ? Quitte à faire des dépenses pourquoi ne pas le mettre ailleurs ? Ça va faire augmenter les impôts ! »


Nous avions posé ces questions à l’occasion du comité de suivi du 9 décembre 2011. Joël Soulard, premier adjoint, animait la réunion en remplacement du Maire convalescent.


Trois questions que les yonnais se posent.

  

On n'entend plus parler du projet. Est-ce que cela va se faire ? 

Joël Soulard : Est-ce que le projet va se faire ? Oui bien évidemment. Il a été voté en conseil municipal. On est train de faire travailler Chemetoff et son équipe. Le projet va donc se faire et rien ne l'arrêtera.

 

Le coût ? 

Les coûts ont été donnés, affichés, c'est passé au conseil municipal. En période de crise est-ce utile de faire ce genre d'opération ? 

Le projet de la place c'est de l'investissement. Le budget global de la ville pour l'investissement est de 20 à 25 millions par an. Sur un mandat de six ans, faites la multiplication, c'est entre 120 et 150 millions d'euros pour un mandat. Sur le projet de la place, machines comprises, vous avez autour de 8 et 9 millions d'euros. Comparer ces 8 et 9 millions d’euros avec les 120/150 millions d'euros d'investissements sur l'ensemble de la ville, l'aménagement de la place reste donc une toute petite opération. 

 

Personne ne se pose la question, du moins je ne l'entends pas, de savoir si l'opération complète autour de la gare a coûté cher ou pas, c'est sans commune mesure à côté de la place Napoléon. Si on ressort tous les chiffres du parking Leclerc, de la passerelle, du parvis de la gare, l’achat des terrains et autres, c'est sans commune mesure, encore une fois, à côté de la place Napoléon. 

  

Nous mettons par an 8 millions d'euros dans l'entretien de notre patrimoine. Cela veut dire que tous les ans, on fait une place Napoléon. Quand on fait un projet structurant ou un pôle culturel ou la rénovation du stade Henri Desgranges, personne ne vient vous dire « vous vous rendez compte du prix que ça coûte ». 

 

À côté de cela, on n’enlève rien au budget de fonctionnement qui représente 65 millions d'euros (aide aux associations, maison de quartier, et toute la politique sociale). 

 

Le projet a quelque chose d'extraordinaire, car il s'agit de la place Napoléon et que la place Napoléon à la Roche-sur-Yon ce n'est pas rien. Quand on fait un projet comme celui-ci, il ne faut pas se tromper. Ce n'est pas par rapport aux finances qu'il ne faut pas se tromper, il ne faut pas se tromper par rapport au projet que l'on va faire sur cette place parce que c'est l'aménagement de la ville c'est l'aménagement du cœur urbain et cela a des conséquences sur l'attractivité commerciale, pour les Yonnais. 

 

Ce n'est pas la conséquence financière qui est importante c'est le projet que l'on veut y mettre. 

  

Quelle incidence sur les impôts ? 

Si un projet de cet ordre-là faisait augmenter les impôts, il faut tout arrêter, car cela n'est pas grand-chose dans le budget d'investissement. 

  

Depuis que je suis élu en 1995, je n’ai voté qu'une augmentation d'impôts. Pourquoi cette augmentation d'impôts à l'époque ? Ceux qui ont repris Esswein, ont dit ? « On est une nouvelle entreprise, vous avez voté une exonération de taxe pendant deux ans pour les nouvelles entreprises. » Cela veut dire que toute la taxe professionnelle que l'on touchait pendant deux ans on allait plus la toucher. Ce qui explique que la seule augmentation que l’on a votée était en 2001/2002. On n'a jamais augmenté les impôts depuis. 

  

Des villes comme Saint-Nazaire, Cholet ou Niort, qui sont des villes comparables à la Roche-sur-Yon,  ils payent autant voir plus que les Yonnais. 

  

Pourquoi personne ne se pose la question de l'augmentation des impôts du conseil général avec une baisse des subventions aux associations alors que nous n’augmentons pas les impôts et nous maintenons les subventions aux associations. 

 

place-napoleon.jpg

Publié dans Place Napoléon