La Roche-sur-Yon. Les nouveaux Yonnais découvrent la Ville.

Publié le par ma ville solidaire - La Roche-sur-Yon

Deux fois par an, la municipalité organise une visite guidée de la ville aux nouveaux Yonnais.

Samedi, ils étaient 71 nouveaux Yonnais à embarquer dans les bus pour un périple de plus de deux heures et environ trente kilomètres. Les Oudairies, les Terres Noires, le Haras, le Conseil départemental… Toutes les grandes infrastructures de la ville ont été passées en revue, commentées par le personnel de l’Office de tourisme. Les nouveaux Yonnais ont fait un arrêt aux serres municipales pour découvrir le savoir-faire de nos gardiens. Ils se sont vus remettre une rose chacun.
L’après-midi s’est achevée à l’Hôtel de Ville, avec l’accueil du maire, Luc Bouard qui leur a présenté les projets de la ville. L’après-midi s’est terminée par une petite collation.

Alors pourquoi vient-on habiter à La Roche-sur-Yon ? Regards croisés de trois nouveaux Yonnais.
René, 64 ans, est arrivé depuis trois mois à la Roche. Il habitait en Charente Maritime, non loin de Saintes. Il cherchait « une petite ville sympa, pas trop chère ». Il avait bien pensé à Bordeaux « mais,  c’était trop cher ». Depuis qu’il est arrivé, il trouve que la ville est calme et que c’est une ville à taille humaine où il y a tout ce qu’il faut. Trois mois après son arrivée, il découvre toujours le chef-lieu  vendéen « je vais à la maison de quartier du Bourg sous la Roche régulièrement. Je n’ai pas prévu d’activités encore, mais ça viendra, j’arrive juste, j’ai le temps. »  

Nicolas a 23 ans. Il est installé à la Roche depuis le mois d’octobre. Il arrive de Moselle où il a fini ses études. C’est le travail qui l’a amené à la Roche. Depuis son arrivée, Nicolas s’est bien intégré « par l’intermédiaire de mon travail, j’ai pu découvrir la ville plus facilement. Avant j’étais dans une plus grande agglomération, Nancy, je trouve qu’à la Roche on peut mieux respirer, c’est moins étouffant.» Nicolas s’est inscrit à un club de course à pied et il a participé à la Bicentenaire. L’un des avantages selon Nicolas c’est de « profiter de la côte et de découvrir la région. »


Autre témoignage, autre situation, pour ce couple de retraités qui ne sont pas Yonnais. « Nous n’habitons pas la Roche. Nous avons une maison dans la région parisienne et une maison de vacances à l’Aiguillon. Ce que l’on voudrait faire c’est vendre la maison de Paris, et venir habiter à La Roche-sur-Yon ».

Après cette journée de découverte de la ville, le couple de retraités est tombé sous le charme de La Roche-sur-Yon et va vendre son pavillon parisien.

Les nouveaux Yonnais ont visité La Roche-sur-Yon.
Les nouveaux Yonnais ont visité La Roche-sur-Yon.
Les nouveaux Yonnais ont visité La Roche-sur-Yon.
Les nouveaux Yonnais ont visité La Roche-sur-Yon.

Les nouveaux Yonnais ont visité La Roche-sur-Yon.

La Newsletter de mavillesolidaire.com permet, gratuitement et à chaque publication, d’être informé instantanément de chaque nouvelle parution sur ce site, caractérisé par un regard totalement indépendant sur notre ville, La Roche-sur-Yon.

Pour cela, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail dans la colonne de droite à la rubrique « S’abonner ».

La page Facebook ma ville solidaire permet désormais aux utilisateurs qui l’aiment de suivre la sortie de chaque article sur la Roche-sur-Yon dans leur fil d’actualité Facebook.