La Roche-sur-Yon. Brigitte écrit au Préfet  pour dénoncer les conditions de vie d'enfants de réfugiés.

Publié le par ma ville solidaire - La Roche-sur-Yon

Dans une lettre ouverte rendue publique ce soir, Brigitte "une citoyenne française", comme elle tient à le préciser, vient d'écrire au Préfet de la Vendée pour dénoncer les conditions de vie d'enfants de réfugiés.
Voici sa lettre (les prénoms des enfants ont été changés)

"Mikhaïl, Edouard et Temour sont les 3 fils d’une famille géorgienne azérie. Mikhaïl , l’aîné, est scolarisé depuis 6 ans, Edouard, le second, termine le cycle primaire, et Omar, le petit dernier n’a pas encore l’âge d’être scolarisé.
Depuis 6 ans, je regarde grandir ces enfants.

Mikhaïl est arrivé très anxieux de leur histoire en Géorgie, porteur déjà des angoisses parentales. Leurs conditions de vie à leur arrivée en France furent très difficiles, ils passaient la nuit dans des jardins publics.  Pas rassurant pour un enfant.

Ses deux parents étaient aussi très malades. Un peu plus d’angoisse.

Très vite, il a eu besoin de soutiens psychologiques. En même temps, il s’adultifiait, étant comme beaucoup d’enfant le traducteur de la famille puisqu’il apprenait le français à l’école. 6 ans ! 7ans ! 8ans !

Problèmes de sommeil, crises d’angoisse.

Mikhaïl vient de passer son 2ème scanner de la tête. Peut-être a-t ’il inconsciemment trouvé un espoir pour qu’un de ses parents au moins obtienne une autorisation de séjour ?

Edouard était un petit garçon vif, aux yeux pétillants.

Son regard est à présent terne, cerné. Il souffre de tics, ne dort pas régulièrement, crie la nuit . Il s’abrutit d’images, je peine à communiquer avec lui. Je le vois s’étioler, petite graine prometteuse que nous n’avons pas pu préserver et entretenir …

Mais quand je dis NOUS, Monsieur le Préfet, je pense aux autorités françaises.

Mikhaïl et Edouard grandissent en France, sans possibilité d’ancrage, assistant impuissants au rejet régulier de leur parents.

Graines d’adultes …. Quels adultes peuvent-ils devenir ? Aimant et respectueux d’un pays qui leur impose cette souffrance ? car en bannissant les parents, Monsieur le Préfet, ce sont aussi des enfants qui sont sacrifiés.

Petites boules de violence si ce n’est de haine en puissance ? car peut-on aimer et respecter ses tortionnaires ?

Imaginez, Monsieur le Préfet : 3 enfants aux grands yeux dont le devenir est suspendu à vos décisions.

Que choisissez-vous pour eux ? Une enfance plus paisible, la possibilité de se construire dans la sérénité, de devenir des adultes confiants ?

Ou une condamnation à la peur, la précarité, avec pour conséquences…. Que peut-on devenir lorsqu’on a nulle part où aller et qu’on a reçu le rejet toute son enfance ?

Monsieur le Préfet, je m’adresse à vous en tant que femme, personne de chair et de sang. Je ne vois pas des « migrants », je vois des enfants. Et je vous demande de mettre des visages d’enfants sur les dossiers que vous traitez. Je vous demande de rêver avec moi d’un monde acceptable si ce n’est juste.

La différence, c’est que moi je rêve. Vous, vous pouvez agir sur ce rêve ! et sur ceux de Mikhaïl, Edouard et Temour .

Je reste bien sûr à votre disposition si vous souhaitez connaître ces enfants-là."


Photo : image d'illustration.

La Roche-sur-Yon. Brigitte écrit au Préfet  pour dénoncer les conditions de vie d'enfants de réfugiés.

La Newsletter de mavillesolidaire.com permet, gratuitement et à chaque publication, d’être informé instantanément de chaque nouvelle parution sur ce site, caractérisé par un regard totalement indépendant sur notre ville, La Roche-sur-Yon.

Pour cela, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail dans la colonne de droite à la rubrique « S’abonner ».

La page Facebook ma ville solidaire permet désormais aux utilisateurs qui l’aiment de suivre la sortie de chaque article sur la Roche-sur-Yon dans leur fil d’actualité Facebook.

Les photos de mavillesolidaire sont protégées. Si vous êtes intéressés par des photos et/ou de la pub cliquer ici.

Les manifestations sont publiées sur l’agenda de mavillesolidaire.fr